Création originale et installation : De l’Art à la Nature

Les fleurs imaginaires Emilia Oliverio


Chacune des quarante fleurs de cette composition est réalisée à partir d’une tige de métal recouverte de raphia et pour pétales des morceaux de laine, d’écorces de bouleaux et de fruits de pavots. Ainsi constituées et parsemées de manière naturelle sur une parcelle de pelouse bordée d’arbustes, elles apportent l’illusion d’un champ de fleurs comme aurait pu traverser Alice au pays des merveilles.

A partir d’éléments naturels comme le bois, la laine et le métal, il est possible de composer une ambiance ludique et surprenante qui nous fait prendre conscience que toute chose est souvent éphémère…

L’arbre ensanglanté Sophie Gosset


Cette création, faite d’un assemblage de centaines de petits fils rouges accrochés le long d’un arbre presque éteint, nous permet de réaliser combien nous sommes à l’origine de la souffrance de notre environnement naturel. Cet arbre est l’expression de la douleur de la nature, infligée par l’homme jour après jour. Cette coulée sanglante exacerbe tout le mal que ces arbres endurent : la pollution, les rejets, les déchets.

La nature reprend le dessus Emilia Oliverio et Sophie Gosset


Cette masse de  renoncules jaunes est piquée dans de la mousse hydrophile et disposée dans un ancien tiroir en bois de chêne. Déposée au fond d’une allée d’arbres, cette œuvre attire l’attention, le questionnement, l’incompréhension…
A travers cette création, c’est la nature elle-même qui s’exprime. Ces fleurs d’un jaune vif apportent un certain contraste avec le tiroir, elles sont pleines de vie au milieu d’un espace hostile. Ce qui nous montre la force de la nature, qui subissant les maux perpétuels de l’homme, trouve le moyen de survivre et de reprendre le dessus. Les renoncules fleurissent à la perfection malgré la chaleur et le soleil qui étaient au rendez-vous le jour de mise en situation. Bien qu’asséchées par le temps elles garderont pendant quelques jours l’expression épanouie et la couleur de leurs premiers instants.

Le tout traduisant une forme d’allégorie du désir de renaissance de notre mère nature.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes vous une machine ? * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*