Stéphane Chapelle : le Fleuriste Jardinier parisien

Du Perche au Palais-Royal

Originaire de Normandie, Stéphane Chapelle se forme à l’école d’horticulture du Prieuré Saint-Gabriel à Bayeux, devient apprentit, puis rencontre à Paris le fleuriste Jean-Michel Mertens qui lui offre sa première chance, et par la suite, Christian Tortu, sa confiance. “ J’ai retenu de lui l’audace et les associations iconoclastes”. En 1998, il installe son atelier-boutique au 29, rue Richelieu, à quelques pas du Palais-Royal, dans une ancienne librairie datant du XVIIè.

L’architecture en pierre de taille, le sol en calade de galets noirs et les murs recouverts de feuilles d’or font écrin aux végétaux sur-dimensionnés dressés dans des pots-totems sculpturaux. On y vient à pied, en scooter ou en limousine chercher son bonheur. Passant d’un jour, palaces ou maisons de couture viennent ici pour la “Chapelle touch”. “J’ai le privilège de fleurir chaque semaine les appartements de Mademoiselle rue Cambon.”

Tutoyer l’essentiel

Le style, pas la mode, martelait Coco Chanel. Chapelle tutoie lui aussi l’essentiel “tout, sauf l’éphémère et le clinquant.” Des brassées plutôt que des bouquets ronds, la fleur jamais trop petite, jamais mignarde. Des compositions fortes et structurées qui se dressent vers le ciel, des branchages à fleurs ou à fruits, des feuillages sauvages ou disciplinés qui affirment leur caractère… Homme de la terre, Stéphane Chapelle suit la juste saison. “Il faut laisser aux plantes le temps de pousser, la serre ne remplacera jamais la terre”. Il ordonne les végétaux sans jamais les forcer dans un style à la fois sophistiqué et naturel, contemporain et poétique, “la fleur ne doit pas lasser, quand elle est parfaite, on ne peut rien lui ajouter ni lui retrancher”.

Le Luxe de la Terre

Sur les cinq hectares de sa ferme du Perche, Stéphane cultive son luxe personnel : élever les végétaux de ses désirs, spécimens rares dont certains introuvables, obtenir des volumes exceptionnels, suivre la saison au plus près, atteindre la meilleure qualité possible. Fleurs à couper, feuillages, traînes de branches, sont support à ses créations.

Du bouquet à la scénographie

Au-delà du fleurissement, la maison Chapelle impose aujourd’hui sa signature dans la scénographie évènementielle  une activité qui s’inscrit dans les gênes de la maison. Passionné de théâtre, il confectionne les bouquets de scène pour les actrices de la Maison de Molière. Il a récemment créé un casque de scooter transformé en bouquet de mariée, réalisé un décor “riche et épuré” pour une soirée à l’hôtel Salomon de Rotschild , ou encore un mariage à Vaux-le-Vicomte, avec des oiseaux en cage et des hortensias rouge sanguine entrelacés à des pièces montées. Une mécanique de haute précision, destinée à ensorceler les esprits et les âmes : “quand j’organise une fête pour quelqu’un  c’est toujours aussi un peu la mienne, la scénographie est ma passion…”

Stéphane Chapelle.
29 rue de Richelieu.
Paris 1er

Source : Agence MLA

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maria Fernanda Santos Gaspar da Costa dit :

    J`aime beaucoup des fleurs. Au Portugal c`est dificil aprend sans argent. Il est tros dificil pour une femme jusquan 52 ans.
    Comment j`achette une reviste ou la notice?
    J`ai une formacion mais je besoin de plus.
    Une reviste sera bon.
    Merci beaucoup et excuze-moi quelque choise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes vous une machine ? * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*